Exposition Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique

Exposition Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique

Comment célébrer comme il se doit l’acquisition par le Musée d’art moderne de la ville de Paris de la Grande Bacchanale noire de Derain ?

En organisant une exposition événement où le maître est entouré de deux grands disciples – en l’occurrence, Balthus et Giacometti. De plus de vingt ans leur aîné, Derain a ouvert la voie à ses cadets. Il y a les triangles amoureux, et les trios amicaux. Ces trois-là n’ont jamais cessé de s’admirer. Trois cent cinquante œuvres (peintures, sculptures, photos) mettent en lumière leurs liens esthétiques, dont l’impressionnante Nature morte aux poires de Derain qui fascinait tant Giacometti.

À cet étonnant ménage à trois, il faut ajouter Isabel Rawsthorne, amie de Balthus, modèle de Derain, muse et maîtresse de Giacometti. Fut-elle la Constance Bonacieux ou la Milady de Winter de nos trois mousquetaires ? Le mystère reste entier.

 

Jusqu’au 29 octobre
Musée d’art moderne de la ville de Paris
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris

 

André Derain (1880-1954), Arlequin et Pierrot

Huile sur toile, 175 x 175 cm, Collection Jean Walter et Paul Guillaume, Paris, musée de l’Orangerie

© RMN-Grand Palais (musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski

© ADAGP, Paris 2017