Pissaro, le premier des impressionnistes

Pissaro, le premier des impressionnistes

Se souvient-on que Camille Pissarro, derrière sa nationalité française, était un marrane aux origines portugaise et créole né aux Antilles danoises ? Rien qu’en écrivant cette phrase, on s’y perd déjà…

L’homme était plus ambigu que le pointillisme élégiaque de certains de ses paysages laisse envisager. Que cachait-il dans sa barbe longue et touffue ? L’anarchisme dont il partageait les convictions ? Ses brouilles avec Corot et Gauguin ? Les huit enfants qu’il éleva en bon père de famille ? A propos de paternité et de fil spirituel, son élève Cézanne affirmait qu’il était “le premier des impressionnistes”.

Ce ne serait déjà pas rien, et l’exposition que lui consacre le musée Marmottan Monet élargit encore le cadre : à travers près de quatre-vingt toiles rapatriées des quatre coins du monde et couvrant toutes ses périodes, on redécouvre ébahi une œuvre d’une richesse pas croyable. A défaut de posséder la fortune de Pizarro le conquistador, Pissarro le peintre avait de l’or dans ses pinceaux.

 

Jusqu’au 2 juillet
Musée de Marmottan Monet
2, rue Louis Boilly
75016 Paris
 
Crédit photo :
 
Camille Pissarro
Le Jardin de Maubuisson, Pontoise
vers 1867
Huile sur toile
81, 5 x 100 cm
Prague, Národní galerie v Praze
Photograph @ National Gallery in Prague 2017